Congress Resources: Papers, posters and presentations

< Return to abstract list

QUALITE DE L’EAU DE L’OASIS DU RIO MENDOZA (ARGENTINE)

Author(s): Méthodologie et étude de cas : la quatrième zone agricole
Congress: 2008
Author(s): Emilie Lavie, José A. Moràbito, Santa E. Salatino
Emilie Lavie1, José A. Moràbito2-3, Santa E. Salatino3 1 : Doctorante-ATER en Géographie - Laboratoire de Géographie Physique Appliquée, Université de Bordeaux 3, Domaine Universitaire, 33607 PESSAC, France - 0033 5 57 12 10 72 – emilie.lavie@yahoo.fr 2 : Professeur de la Faculté de Sciences agricoles, Université Nacional de Cuyo, Alte Brown 500 (5505) Chacras de Coria, MENDOZA, Argentina jmorabito@lanet.com 3 : Ingénieurs agronomes de l’Instituto Nacional del Agua. Belgrano 210 Oeste, 5550 MENDOZA, Argentina. 0054 2614 286 993 cra_riego@lanet.com.ar

Keyword(s): Pollution phosphatée, salinisation, qualité de l'eau, pollution domestique, pollution urbaine, pollution industrielle, oasis, irrigation, Mendoza, Argentine.
Article:
AbstractL’oasis du Rio Mendoza est située dans le désert du Cuyo argentin, où il ne pleut que 200 mm en moyenne chaque année, l’agriculture n’est donc possible que par la dérivation des eaux du Rio Mendoza, qui apporte l’eau de fonte des glaces et neiges de la cordillère andine toute proche. De fait, en aval d’une agglomération de près d’un million d’habitants, une oasis moderne produit vigne, fruits, olives et légumes, transformés ensuite dans l’important secteur industriel de la banlieue de Mendoza. Le réseau superficiel d’irrigation se compose de nombreux canaux, drains et collecteurs, qui alimentent en eau six zones agricoles. Parmi celles-ci, la quatrième, la plus au nord mais aussi la plus basse, est connue depuis longtemps pour ses problèmes de salinisation des sols et de la nappe phréatique. Dans le cadre d’un projet commun, et cofinancé par le SECTYP (UNCuyo), l’ INA (Mendoza) et le LGPA (Bordeaux), ont été effectuées une série de mesures des concentrations en nombreux polluants chimiques, bactériologiques et physiques, avec un objectif de diagnostic à la fois temporel (2003-2007) et spatial (de l’amont à l’aval du système). Parmi les résultats, la pollution par les phosphates de cette quatrième zone nous a particulièrement interpellée. Trois explications principales peuvent être données ici. - Une pollution urbaine : la quatrième zone agricole est alimentée par le canal Cacique Guaymallen, le plus grand canal de l’oasis, qui traverse toute l’agglomération. Ce canal reçoit ainsi toutes les eaux de la ville, arrosage des jardins, égouts, huiles de moteurs, essence, beaucoup de macro-déchets (poubelles), mais aussi les effluents domestiques des quartiers informels directement rejetés dans les canaux. - Une pollution domestique : la station d’épuration des effluents domestiques Campo Espejo reçoit la moitié des effluents domestique du Grand Mendoza et traite les eaux par simple lagunage. La législation exige que cette eau sommairement traitée irrigue une zone ACRE (Aires de cultures restreintes spéciales). Or, quand les effluents domestiques apportés par la ville dépassent la capacité des bassins de décantation, les surplus sont renvoyés dans le canal Jocoli (branche du Cacique Guaymallen) et participent à l’irrigation de la zone 4. - Une pollution industrielle : de nombreuses bodegas (industries de vinification aux effluents généralement phosphatés) se sont installées sur les rives du canal Pescara, ce collecteur qui irrigue pour partie l’est de la zone 4. Le Département Général d’Irrigation et le Ministère Provincial d’ Environnement de Mendoza, par le biais d’infrastructure de dilution de l’eau, œuvrent pour limiter la pollution saline de l’eau du canal Pescara. Cependant, il s’avère que les phosphates y demeurent en grande quantité. La présente étude a ainsi pour objectif d’exposer les résultats du diagnostic qualitatif réalisé dans cette quatrième zone en ce qui concerne les paramètres «phosphates» et «salinisation». Nous avions par ailleurs comme finalité d’alerter les autorités et la population sur les conséquences que peut avoir cette pollution sur les rendements culturaux, la qualité de vie, la santé ou l’environnement, et ce au moyen de nombreuses données récoltées sur le terrain et de cartographies détaillées.
© 2011 IWRA - International Water Resources Association office@iwra.org - http://www.iwra.org - Admin