Congress Resources: Papers, posters and presentations

< Return to abstract list

Les Ressources en Eau du Bassin Supérieur du Logone (Tchad - Cameroun et RCA) en liaison avec la Variabilité Climatique de 1961 à 1990

Congress: 2008
Author(s):
Nadji TELLRO WAÏ Direction des Ressources en Eau et de la Météorologie BP 429 NDjamena, Tchad Tél. 00235 252 30 81/252 60 01 GSM : 00235 628 29 72 E-mail : nadji_tellro@yahoo.fr Mode de présentation préconisé : Oral
AbstractDans le contexte de la variabilité climatique et de son impact sur les ressources en eau que cette étude a été menée dans le Bassin Supérieur du Logone, zone d’étude couvrant le Nord-Est du Cameroun, le Nord -Ouest de la République Centrafricaine (RCA) et le Sud-Ouest du Tchad, respectivement de l’amont à l’aval du bassin. La problématique est que le Bassin Supérieur du Logone comme les autres bassins fluviaux d'Afrique de l'Ouest et du Centre Sahéliens ou non, a connu une série de variations climatiques durant ces trois dernières décennies avec des modifications très notables pour l'environnement en général et les ressources en eau en particulier pour leur sensibilité et vulnérabilité, bien que situé dans une zone climatique relativement semi humides. L'impact de cette variation climatique et principalement du régime pluviométrique sur les ressources en eau sur le bassin en ces trois dernières décennies (1961 -1990) a été significatif quant à la perturbation causée sur l'utilisation des ressources en eau indispensables à toute activité économique de la région. La problématique de cette étude consiste à savoir qu'elle est l'ampleur de cette variation climatique ? A quel moment est- elle apparue ? Quel est son degré de son extension ? Quelles sont enfin les incidences directes sur les régimes des cours d'eau de surface et donc sur les ressources en eau ? L'objectif général de cette étude est d'appuyer les acteurs de la gestion de l'eau (pouvoir public, agences de l'eau, collectivités locales, les distributeurs.) de la mise en place d'une véritable politique de la gestion intégrée de l'eau axée sur une combinaison des moyens institutionnels, techniques, économiques et financiers en ce qui concerne les structures de programmation d'exécution et de suivi. De manière spécifique de cette étude a pour objectif de a) mettre en relief les variations climatiques inter annuelles importantes sur le bassin durant ces 30 dernières années; b) disposer des informations sur la pluviosité moyenne mensuelle et inter annuelle durant cette période de référence ainsi que par décennies dans les trois parties (méridionale, centrale et septentrionale) du bassin ; c) fournir aussi des informations fiables sur les volumes d'eau transitant par les stations de la partie méridionale, donc la partie amont du bassin ; ensuite aux stations de la partie centrale et à la station de la partie avale, l'exutoire ou la confluence du bassin qui collecte toutes ces particules d'eau vers le Chari à N'Djaména pour alimenter le Lac Tchad ; d) faire ressortir les incidences de cette variabilité sur ces ressources quant à leur disponibilité (volumes météoriques et évacués) et leur perte durant la période susmentionnée. Pour mener à bien cette étude, un certain nombre de données disponibles proviennent de 14 postes pluviométriques et 8 postes hydrométriques ont été utilisées dont la répartition par pays pour tout stations confondue est de 5 pour le Cameroun, 3 pour la RCA et 14 pour le Tchad. Un ensemble de graphiques a été utilisé grâce au logiciel Excel pour visualiser les variations moyennes mensuelles, inter annuelles hydroclimatiques, tandis les indices annuels pluviométriques, d'hydraulicité et de température ont été calculés, définis comme variables centrées réduites. Les résultats de l’étude soulignent l’existence d’une alternance des décennies humide (1961-70) et sèches (1971-80 et 1981-90) mettant ainsi en évidence la variabilité des régimes pluviométriques en durée et en intensité qui a des incidences directes et significatives sur les régimes des cours d’eau du bassin. A la persistance et la sévérité de la baisse pluviométrique de toute la décennie 1981-90 correspond à celle d’écoulements déficitaires caractérisés par la faiblesse des systèmes d’apports moyens annuels, des maximums annuels de crue tandis que les valeurs des débits minimums laissent penser que les nappes souterraines ont été elles aussi durement touchées comme celles de surface en regards du tarissement des cours d’eau pendant les basses eaux en mars ou avril où le tarissement peut être interrompu dès les premières pluies sur le bassin. En conclusion, cette étude a fait ressortir que le Bassin Supérieur du Logone a connu durant la période de 1961 à 1990, une série de variations climatiques et notamment pluviométriques (excédent et déficit). L'étude de cette variabilité a montré que la pluviométrie a subi d'importantes modifications qui se traduisent par des baisses considérables à partir de 1971. Pourtant la décennie 1961-70 très excédentaire en pluviométrie de manière généralisée n'a pas laissé entrevoir la perspective d'une fluctuation qui se traduit par une baisse de quatre premières années consécutives de la décennie 1971-80 suivi d'une hausse de deux années vers la deuxième moitié de la même décennie. L'impact ou effet de cette variabilité climatique sur les ressources en eau à travers cette étude montre bien que le régime hydrologique des cours d'eau du Bassin Supérieur du Logone est directement influencé par celui de la pluviométrie à telle enseigne que toute baisse ou hausse pluviométrique se manifeste immédiatement sur les eaux de surfaces.
© 2011 IWRA - International Water Resources Association office@iwra.org - http://www.iwra.org - Admin