Congress Resources: Papers, posters and presentations

< Return to abstract list

UN ILOT URBAIN ECOLOGIQUE TEL QUE LE PARC DU CHEMIN DE L’ILE A NANTERRE

Congress: 2008
Author(s): blandine Goussebayle, Thierry Jacquet, Alexandra Fresneau


Keyword(s): zones humides, zone industrielles, eau, renaturalisation
AbstractQuelle place peut avoir l’eau dans un milieu urbain et anciennement industriel ? C’est la question qui a été évoquée avant la création du parc du chemin de l’île à Nanterre. Le site initial était une ancienne décharge en bordure de Seine à proximité d’une papeterie, et situé en dessous d’une autoroute et du RER. C’est dans ce contexte industriel qu’est né le projet du Parc des Bords de Seine. Le site est devenu un parc public complètement atypique où les aménagements les plus marquants sont des zones humides artificielles permettant le renouvellement des ressources naturelles tel que l’eau. L’eau de la Seine est prélevée et épurée en traversant sept bassins de plantes aquatiques en cascade, appelés Jardins Filtrants®, avec une circulation gravitaire de l’eau. Ces végétaux sont sélectionnés en fonction de différents paramètres tels que - l’évolution de la qualité de l’eau au fur et à mesure de son traitement, - leur capacité épuratoire - et leur implantation locale. L’eau de la Seine, en entrée, a une mauvaise qualité de classe 3 (elle est chargée en charges organiques, en azote, en phosphore et en germes), et en sortie après les Jardins Filtrants® elle atteint une qualité « eau de baignade » de type qualité piscicole de classe 1B. Le fait d’obtenir une qualité d’eau notamment en terme de taux d’oxygène est essentiel pour retrouver une véritable biodiversité qui dépendra de chaque milligramme d’oxygène retrouvé. Au rejet de cette eau, il a été installé sur les berges des habitats écologiques pour permettre de retrouver une biodiversité perdue. Cette qualité d’eau obtenue par les plantes permet de créer des frayères, des habitats écologiques spécifiques pour divers animaux : habitat pour grenouilles vertes, tritons, petits insectes qui ne peuvent s’installer et prospérer que si l’eau est de bonne qualité. Ces aménagements permettront donc de créer de véritables îlots de survies pour les poissons notamment grâce à des aménagements spécifiques dans les berges. Ces zones humides artificielles, conçus pour clore l’ axe de la Défense au contact de la Seine font près d’un hectare et ils ont un objectif de dépollution de l’eau de Seine très précis, voire scientifique. Des analyses de l’eau et des inventaires faunistiques justifient que la qualité de l’eau obtenue est essentielle pour permettre une biodiversité. Ces zones humides aménagées sur un site au passé industriel sont une véritable ouverture sur un autre modèle de ville qui permet ainsi de restaurer l’eau grâce à ses espaces verts.
© 2011 IWRA - International Water Resources Association office@iwra.org - http://www.iwra.org - Admin