Congress Resources: Papers, posters and presentations

< Return to abstract list

Estimation des pluies moyennes mensuelles en Tunisie par les méthodes géostatistiques

Author(s): Variabilité spatiale et cartographie
Congress: 2008
Author(s): Slimani Mohamed


Keyword(s): variabilité spatiale de la pluie , variogramme , krigeage , cartographie , géostatistique
AbstractLa Tunisie demeure un pays semi-aride sur les 3/4 de son territoire. Elle se caractérise par la rareté de ses ressources en eau et par une grande variabilité de la pluie. Une gestion appropriée des ressources en eau s’avère importante. Or, cette dernière est directement liée à la pluviométrie dont la mesure constitue une opération assez complexe. Pour pallier à ce problème, l’interpolation spatiale constitue une méthode pratique pour étendre l’information pluviométrique. La cartographie des précipitations constitue une étape importante pour toute étude hydrologique, météorologique,…etc. Cependant, l’estimation des données pluviométriques est souvent basée sur des techniques traditionnelles, telles que les polygones de Thiessen, moyennes pondérées,…etc. De ce fait, l’introduction des méthodes géostatistiques tel que le krigeage s’avère intéressante. En effet, l’interpolation à l'aide de cette technique se base sur une corrélation spatiale entre les mesures, celle-ci est évaluée par l’outil géostatistique : le variogramme. L’analyse variographique constitue alors l’étape la plus importante du krigeage. Certaines hypothèses sont nécessaires pour les krigeages simple et ordinaire comme la stationnarité. Si elle n’est pas acquise, la variable présente une dérive, le variogramme n’est plus borné et on utilise alors le krigeage universel. En utilisant ces outils, on a constaté que la prise en compte de certaines caractéristiques de la structure spatiale de la pluie mensuelle n’a pas modifié la présentation des isohyètes. Les cartes établies en tenant compte de la dérive et de l’anisotropie restent presque les mêmes que celles établies en considérant une structure spatiale globale. Par conséquent la décroissance systématique de la pluviométrie du nord vers le sud , ainsi que les discontinuités remarquées de part et d’autre des barrières orographiques, ne sont dus en effet qu’à des paramètres locaux
© 2011 IWRA - International Water Resources Association office@iwra.org - http://www.iwra.org - Admin